Le Mag

Les OMD au Tchad : témoignage de Jean-Marc Pradelle

Publié par Objectif Développement , le

Au moment du sommet pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à New York en septembre dernier, l’Agence Française de Développement (AFD) de Ndjamena a organisé une exposition autour de la campagne Huit fois oui. L’occasion de dresser un bilan de l’intervention de l’AFD avec Jean-Marc Pradelle, directeur de l’Agence à Ndjamena.

L’intervention de l’AFD au Tchad

L’AFD intervient au Tchad depuis l’indépendance de ce pays en 1960. Le suivi des projets est assuré par l’Agence de Ndjamena, dirigée par Jean-Marc Pradelle, qui intervient selon 3 axes stratégiques majeurs s’inscrivant dans le cadre des OMD :

  • l’eau et l’assainissement
  • l’éducation
  • la santé.

« L’AFD travaille au Tchad depuis plus de 50 ans. Depuis une dizaine d’années, l’Agence engage au Tchad entre 10 à 15 M€ de subventions chaque année, avec une forte concentration sur l’accès à l’eau (hydraulique villageoise, accès à l’eau à Ndjamena et hydraulique pastorale), sur la santé et plus récemment sur l’éducation, tous domaines où le transfert de compétence du ministère des Affaires Etrangères (MAEE) vers l’AFD est presque total.

L’AFD participe également dans l’est du Tchad au retour des déplacés tchadiens à une vie normale. Elle apporte son concours au secteur privé dans différentes domaines (production sucrière, réseau de téléphonie, facilités d’accès au crédit pour les entreprises). Les subventions sont donc consacrées à des secteurs qui se trouvent au cœur des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).»

Jean-marc Pradelle.JPG

 

« Ma formation et  mon engagement m’ont conduit à consacrer toute ma vie professionnelle au développement en Afrique, au travers d’expériences variées dans des ONG, dans une grande organisation internationale (OCDE) puis au sein de l’aide française, au Ministère des Affaires étrangères et à l’Agence française de Développement. L’AFD m’a récemment confié la direction de son agence à Ndjamena. » Jean-Marc Pradelle

Crédit photos : © copyright AFD

 

Le contexte politique au Tchad étant stabilisé, le potentiel de développement des activités économiques est plutôt bon. Ce qui représente des opportunités de projet à venir pour l’AFD, comme l’explique Jean-Marc Pradelle :

« Beaucoup d’observateurs estiment que la paix est durablement revenue au Tchad, ce qui change les conditions pour l’investissement, tant public que privé. Si cette tendance s’accélère, la voie s’ouvrira à un fort développement des secteurs productifs, agriculture, élevage, électricité, industries, développement urbain, auxquels l’AFD pourra apporter des concours plus importants sous forme de prêts. L’Agence peut contribuer aux efforts de remise en route de ces secteurs ».

L’exposition « Huit fois oui » à Ndjamena

Une expo très conçue.JPG

A l’occasion du sommet des OMD à New York en septembre dernier, l’Agence a présenté à Ndjamena l’exposition « Huit fois oui ! » au Centre Culturel Français.

Jean-Marc Pradelle revient sur cet événement :

« C’est très simple : j’avais participé depuis l’origine à la mise sur pied de la campagne Huit fois Oui en France. J’ai donc été très réceptif à la suggestion de l’Agence de la présenter dans mon nouveau pays d’affectation. Cette très belle exposition est une belle carte de visite pour l’Agence. Cet évènement m’a permis d’associer différents partenaires dès mon arrivée, et de répondre au souhait de l’ambassade de communiquer sur notre activité. L’agence de Ndjamena a bénéficié, je dois dire, d’une collaboration totale de la part du Centre Culturel Français. »

 

 

 

Un public serré pour débattre des OMD au Tchad.JPG

Une conférence-débat a été organisée précédant la projection du film « 8 » où plus d’une centaine  de jeunes Tchadiens ont vivement débattu des résultats au Tchad en matière de sécurité alimentaire, d’accès à l’eau, d’éducation et de santé.

Jean-Marc Pradelle souligne le pragmatisme des Tchadiens face aux nombreuses difficultés :

« Certains participants nous ont félicités en nous disant que l’on n’avait jamais présenté et débattu ainsi des OMD au Tchad. J’espère qu’ils exagéraient. Nous avons fait le plein en réunissant une centaine de personnes au vernissage puis une centaine de participants pour le débat et pour le film 8. Le public tchadien est confronté chaque jour à mille difficultés : trouver l’eau, l’alimentation, l’argent pour l’école, pour se soigner, etc. Certaines questions posées lors du débat reflétaient cette impatience de voir les conditions s’améliorer. Ce qui m’a frappé, c’est que les présentations faites par des responsables publics tchadiens n’étaient pas triomphalistes, loin de là. Ils soulignaient autant les défis que les réalisations. »

Jean-Marc Pradelle met également en exergue le rôle des femmes pour atteindre les OMD :

« La situation médiocre des femmes dans les indicateurs de santé et d’éducation ont été mises en avant, alors qu’il est évident que les femmes jouent un rôle majeur pour atteindre les OMD : qui s’occupe de donner à manger, d’aller chercher l’eau, de soigner les malades, et des enfants de façon générale ? Voilà pourquoi elles sont les mieux placées pour être force de proposition. Mais ce rôle ne se reflète sans doute pas encore dans les politiques publiques. »

 

Le Tchad face à des difficultés pour atteindre les OMD

Une étude réalisée par le PNUD en 2008 révèle que le Tchad n’atteindra probablement pas les OMD pour la plupart des secteurs concernés à l’échéance de 2015. Ces difficultés sont à rapprocher de l’environnement globalement instable qu’a connu le pays pendant des décennies, selon Jean-Marc Pradelle :

« Je fais partie depuis plus de trente ans des observateurs attentifs de ce qui se passe en Afrique, mais je n’avais jamais réalisé avant d’arriver à Ndjamena que le Tchad a vécu dans des situations de crises et de guerre la plupart du temps depuis son Indépendance. La population a géré sa survie dans un
climat d’insécurité. Et les gouvernements ont été le plus souvent contraints de reporter à plus tard les questions de développement. Ce discours est tenu par les responsables tchadiens actuels, je le précise.

Par ailleurs le Tchad est un pays enclavé. Il fut longtemps isolé comme en témoignent toujours les difficultés de transport avec ses voisins. Et sans ressources minières jusqu’à l’exploitation du pétrole qui est récente. Le pétrole se traduit ces temps-ci par de grands investissements dans les infrastructures et des progrès significatifs en termes d’OMD, même si la plupart des objectifs du Tchad ne seront pas atteints en 2015, sauf peut-être pour l’eau. D’autant que les indicateurs quantitatifs sont trompeurs.

Il y a au Tchad, comme dans d’autres pays, beaucoup d’écoles surchargées, des centres de santé sans personnel qualifié, etc. Il y a un problème de compétences techniques à tous les niveaux, et cela prendra encore bien plus de 5 ans pour améliorer cette situation. La formation à tous les niveaux, y compris la formation professionnelle, est donc une très grande priorité. »

 

Crédit photos : © copyright AFD

 

Pour aller plus loin :

 

 

 

Classé dans : Afrique OMD Témoignages
Mots-clefs :, ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*