Le Mag

Les OMD au Tchad : bilan à horizon 2015

Publié par Objectif Développement , le

Le sommet pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) s’est tenu en septembre dernier à New York. L’occasion de dresser un bilan de l’avancée des OMD au Tchad dans les secteurs de l’eau, de l’éducation et de la santé.

 

Le Tchad face à des difficultés pour atteindre les OMD

Une étude réalisée par le PNUD en 2008 révèle que le Tchad n’atteindra probablement pas les OMD pour la plupart des secteurs concernés à l’échéance de 2015. L’environnement instable qu’a connu le pays pendant des décennies a encouragé un climat d’insécurité et retardé les problématiques liées au développement.

Jean-marc Pradelle.JPGC’est ce que précise Jean-Marc Pradelle, Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD) à Ndjamena : e Tchad est un pays enclavé. Il fut longtemps isolé comme en témoignent toujours les difficultés de transport avec ses voisins. Et sans ressources minières jusqu’à l’exploitation du pétrole qui est récente. Le pétrole se traduit ces temps-ci par de grands investissements dans les infrastructures et des progrès significatifs en termes d’OMD, même si la plupart des objectifs du Tchad ne seront pas atteints en 2015, sauf peut-être pour l’eau. D’autant que les indicateurs quantitatifs sont trompeurs.

Il y a au Tchad, comme dans d’autres pays, beaucoup d’écoles surchargées, des centres de santé sans personnel qualifié, etc. Il y a un problème de compétences techniques à tous les niveaux, et cela prendra encore bien plus de 5 ans pour améliorer cette situation. La formation à tous les niveaux, y compris la formation professionnelle, est donc une très grande priorité. »

L’eau et l’assainissement : un secteur prioritaire

L’accès à l’eau potable, s’intégrant dans l’OMD n°7 pour un environnement durable, représente le secteur prioritaire au Tchad. Le taux d’accès aux services essentiels d’assainissement a progressé de 7% en 2000 à 12% en 2010. Toutefois, l’objectif de 35% fixé pour 2015 semble être irréaliste.

En 2000, le taux d’accès à l’eau potable était estimé à 23 % et 42% en 2009. Un objectif de 49% a été fixé par le ministère de l’eau pour 2011, en vue d’atteindre un taux de desserte en eau potable de 60% pour la population tchadienne à l’horizon 2015. Les investissements en hydraulique villageoise et semi-urbaine ont été particulièrement soutenus par les bailleurs. L’AFD a consacré 38 millions d’euros pour l’accès à l’eau potable ces dix dernières années, tous secteurs confondus (villageois, urbain, semi-urbain).

Projet Eau Tchad.JPG

L’Agence finance, en outre, des projets d’hydraulique pastorale dans les zones arides et semi-arides du nord et de l’est du pays afin de préserver l’élevage et la sécurisation des parcours de transhumance.

Des faiblesses pèsent lourdement sur la Société Tchadienne d’eau et d’Electricité (STEE) : elle ne peut assurer la distribution d’eau potable de manière régulière et convenable et connaît des problèmes  chroniques de gestion. Cependant, le ministère de l’eau tend à jouer un rôle plus actif dans la réflexion et la gestion des projets liés à l’eau.

 

Le secteur de l’éducation a pris du retard

Le Tchad a mis en place 3 indicateurs pour mesurer l’instruction de tous les enfants en âge d’aller à l’école primaire d’ci 2015 (OMD n°2 pour l’éducation primaire pour tous). Cet objectif ne sera pas atteint. En effet, fin 2008, selon le PNUD, les chiffres étaient les suivants :

  • taux brut de scolarisation : 95% (chiffre contesté)
  • taux d’achèvement du primaire : 36%
  • taux d’alphabétisation : 35% (cible : 60%)

L’AFD a octroyé 8 millions d’euros en 2007 afin :

  • d’appuyer la formation continue dans l’enseignement du primaire
  • de renforcer les capacités de pilotage du système en matière de collecte et de gestion des statistiques et des ressources humaines
  • d’appuyer l’assistance technique.

Des obstacles repoussent l’atteinte des objectifs :

  • une faible rétention : 70% des enfants abandonnent avant la dernière année
  • des disparités importantes entre zones rurales/urbaines, filles/garçons…
  • un taux de redoublement élevé
  • des niveaux d’acquisition très faibles
  • des moyens matériels et humains insuffisants et peu efficients.

Cependant,  la forte participation communautaire représente un facteur d’amélioration : 44% des écoles et 72% des maîtres sont d’origine communautaire et donc financés directement par les populations elles-mêmes.

OMD.JPG

La santé : de graves faiblesses dans le secteur

Trois OMD concernent le secteur de la santé : OMD n°4 pour la réduction de la mortalité infantile, OMD n°5 pour l’amélioration de la santé des mères et OMD n°6 pour la lutte contre les maladies. Fin 2008, les indicateurs sont encore loin des objectifs de 2015.

L’AFD finance depuis dix ans 3 projets au Tchad :

  • Le projet d’amélioration de l’offre de soins (5,4 millions d’euros) terminé en 2007 a permis la réhabilitation et/ou la construction de 16 centres de santé et la construction de deux hôpitaux de district ainsi que la dotation en équipements, matériels et médicaments de ces infrastructures, dans les régions du Lac et du Kanem.
  • Le projet intérimaire de santé (1,5 millions d’euros), en cours d’exécution, appuie l’Hôpital Général de Référence Nationale de N’Djaména, l’Hôpital de Régional de Moundou et l’Ecole Nationale des Agents Sanitaires et Sociaux en actions de formation, acquisition d’équipements et matériels ainsi qu’en assistance technique.
  • Le projet d’amélioration de l’offre de soins (10 millions d’euros), en cours de lancement, appuie la formation initiale paramédicale, l’amélioration de la santé maternelle dans la région du Logone occidental et la lutte contre le SIDA.

Le secteur de la santé est confronté à de lourdes contraintes empêchant le développement d’un système de santé publique performant : les contraintes géographiques, le sous-financement, la forte instabilité ministérielle, le manque de personnels qualifiés.

Cependant, le Tchad a pris conscience de la situation. Un « Plan National de Développement Sanitaire » a été adopté en 2009 en vue d’accélérer la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile jusqu’en 2015.

Crédit photos : © copyright AFD

Pour aller plus loin :

Classé dans : Afrique OMD
Mots-clefs :, ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*