Le Mag

[Evénement] L’urbanisme au service du développement

Publié par Objectif Développement , le

Troisième temps de rencontre à Rennes, la table ronde «Développement et urbanisme», organisée le 16 juin à la Maison Internationale de Rennes (MIR), a permis de croiser les regards sur les projets urbains dont l’AFD est partenaire en Colombie et en Turquie.

Quatre acteurs de la coopération française et/ou décentralisée ont témoigné :

Sarah Marniesse, Chef de projet de la division collectivités locales et développement urbain de l’AFD, a présenté l’initiative du Métrocable déployée à Medellin (Colombie) ;

- Roselyne Lefrançois, adjointe au Maire de Rennes, déléguée aux partenariats et aux relations internationales, qui a dessiné les contours du projet de construction de logements à Diyarbakir, accompagnée par Frédéric Bourcier, adjoint au Maire de Rennes délégué à l’aménagement et à l’urbanisme et Philippe Faysse, directeur général des services techniques de la ville de Rennes.

L’urbanisme social, un concept émergent

Pour faire face aux problèmes sociaux, parfois récurrents, dans les villes du Sud, de nouvelles solutions sont proposées. L’urbanisme social est l’une d’entre elles. L’objectif de cette démarche : mettre «la ville au cœur du développement durable», comme l’explique Sarah Marniesse, et donner aux habitants la possibilité de se réapproprier leur ville.

Car c’est souvent l’une des problématiques majeures : les villes qui ont connu une explosion démographique n’ont pas pu accompagner cette évolution par des infrastructures et un cadre social solides. Les habitants se sont donc éloignés, s’installant et vivant dans des quartiers précaires, isolés du cœur de ville.

Les programmes de réhabilitation comme celui mis en œuvre à Medellin permettent de désenclaver certains quartiers. Avec la mise à disposition de nouveaux moyens de transport, ou des espaces culturels, type bibliothèques, les habitants ont la possibilité de renouer progressivement avec leur ville.

De Medellin à Diyarbakir

Le projet porté par la Ville de Diyarbakir, en partenariat avec Rennes et l’AFD, concerne spécifiquement le quartier de Ben-U-Sen. Y ont été construites en un temps éclair des habitations parfois illégales, que le Maire de Diyarbakir souhaite voir remplacer par des logements sains, durables et respectueux de l’environnement.

Ce projet vise à concilier les objectifs du TOKI, organisme central compétent en matière de logements sociaux en Turquie, et de la municipalité de Diyarbakir. Dans ce cadre, la Ville de Rennes et l’AFD sont partenaires d’un concours d’urbanistes organisé par les ateliers de Cergy.

Intarissable sur le contexte démographique et institutionnel, Philippe Faysse souligne l’intérêt de la rencontre avec des urbanistes et des élus locaux, dans une ville qui a choisi «d’associer la population locale à la définition du projet».

Frédéric Bourcier décrit pour sa part une initiative riche en enseignements, qui permet d’obtenir des «clés de compréhension» du monde qui nous entoure.

Pour la Ville de Rennes, ces projets de coopération décentralisée constituent le prolongement des valeurs portées par la municipalité et les initiatives déployées au niveau local. Osman Baydemir, Maire de Diyarbakir, l’avait d’ailleurs souligné dans une lettre adressée à la Ville de Rennes  – et dont Roselyne Lefrançois rappelle les termes –  la coopération repose sur une philosophie et une volonté communes : «le souhait de réaliser une ville durable et viable qui pourra être offerte aux générations futures».

Pour en savoir plus sur le projet de la Ville de Rennes et de la Ville de Diyarbakir :

-         L’article de Marie Guyard, paru dans Place Publique (septembre 2010) ;

-        « Diyarbakir, notre soeur turque », article d’Isabelle Audigé, paru dans le magazine Le Rennais (décembre 2010).

Classé dans : Amérique latine Autour de l'expo Les défis du développement Nos géographies Villes
Mots-clefs :, , , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Une réponse à "[Evénement] L’urbanisme au service du développement"

  1. Bonjour la ville mais surtout le centre ville qui a un patrimoine architectural colonial est est vecteur de développement touristique durable ,mais malheureusement le patrimoine architectural est souvent méconnu dans certaines villes du sud surtout en Afrique .
    Pour la ville de Rufisque qui est une des plus anciennes villes coloniales du Sénégal et d’Afrique occidentale Française le problème est plus grave car a cause de l’exode rurale le vieux Rufisque est envahie et la pression démographique que subit le centre ville est alarmante.
    Les habitants se se constitués en associations de sauvegarde du patrimoine mais ils n’ont aucun soutien de la part des institutions municipales dont la plupart des conseillers sont issus de l’exode .
    Le cœur de la ville qui est potentiellement un centre touristique a l’instar de l’ile de Gorée et de St-louis du Sénégal est envahis et le patrimoine qui est inscrit sur la liste indicative de l’Unesco depuis 2005est en danger
    Ces pour toutes ces raisons que nous sollicitons une attention de la part des institutions, des bailleurs et des décideurs comme l’AFD afin de sauver notre cher vieux Rufisque.
    Alioune gueye ::president du comité de sauvegarde du patrimoine architectural et culturel du vieux Rufisque
    tel:00221 338363206
    00221765801903
    boite postale 360
    keury souf rufisque
    Sénégal