Le Mag

[Vidéo] Conférence AFD/Institut Véolia environnement- Lutte contre la pauvreté et protection de la biodiversité

Publié par Objectif Développement , le

Concilier lutte contre la pauvreté et développement de la biodiversité : quelles interactions, quelles solutions ?

Lors d’une conférence organisée par l’Institut Veolia Environnement et l’AFD les 27 et 28 juin derniers à la Maison de la Chimie, nous avons interrogé différentes personnalités pour découvrir les pistes qu’ils privilégient. Aujourd’hui, découvrez les projets des intervenants spécialisés en vidéo (en anglais) et en français grâce au résumé ci-dessous.

Wangari Maathai – The Green Belt Movement : penser le développement sur le long terme

Pour Wangari Maathai, les problèmes issus de la pauvreté et de l’environnement sont intimement liés. En effet, la plupart des populations pauvres vivent sur leurs terres et sont à ce titre dépendants de la qualité de leur sol, de leur forêt et de leur eau. Ils sont également dépendants des précipitations annuelles, qui auront un impact sur leurs récoltes.

Lorsque les conditions environnementales se dégradent, ces populations meurent de faim car leurs cultures ne poussent plus. La qualité de l’environnement est donc primordiale pour assurer les moyens d’existence de ces communautés. Lutter contre la pauvreté et sauvegarder l’environnement sont donc bien les deux faces d’une même pièce.

Aider des gens qui n’ont rien à « se relever » et à évoluer est extrêmement difficile. En effet, Mme Maathai pense que souvent « ils n’ont pas les connaissances, la motivation, et se préoccupent plutôt de leur survie que du long terme ». Comment planifier une reforestation alors que la nourriture vient à manquer au jour le jour ? Le prix Nobel soutient pourtant qu’il faut continuer à travailler avec ces populations afin qu’elles s’approprient les moyens pouvant les mener à leur développement, et les aider à « comprendre le lien entre la plantation d’un arbre aujourd’hui et ses conséquences dans 5 ans ». Mettre en place des programmes sans impliquer la population locale n’aurait pour seul effet que de retarder encore plus leur développement.

+ Site du Green Belt Movement

Raphaël Bille – Directeur du programme biodiversité et adaptation à l’IDDRI : changer les habitudes de consommation

Quand on parle de pauvreté et de biodiversité, on mentionne principalement des personnes pauvres en milieu rural : selon l’expert, ils représentent les 3/4 du milliard de pauvres dans le monde. Il estime également que « malgré les tentatives de complexifier [cette définition], la pauvreté reste un calcul du nombre de dollars par tête ».

Or le monde développé ne sait pas résoudre le problème de la pauvreté autrement qu’en augmentant les revenus. Alors que les riches surconsomment, les populations qui arrivent à atteindre un certain niveau de revenu consomment également le plus possible, sans que cela ne soit réellement lié avec leurs besoins.

Par exemple, l’élevage de bovins dont la viande est très demandée entraine la déforestation de régions entières dont les conséquences sur la sécheresse sont très importantes… Il s’agit donc de trouver des solutions permettant de tempérer et de diversifier la demande.

+ Site de l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Kent Redford – Wildlife Conservation Society Institute : prendre en compte tous les critères de la pauvreté

M. Redford reprend la définition de la pauvreté selon la Banque Mondiale : elle comprend un volet sur les contraintes financières – « est pauvre une personne qui gagne moins de 1,5 dollar par jour » – mais également des critères de capacité, d’expression et de peur. Les populations les plus défavorisées sont donc celles qui, en plus d’être pauvres économiquement parlant, ne peuvent s’exprimer et n’ont pas le pouvoir d’agir sur leur environnement.

Pour sortir les populations de la pauvreté, il conviendrait donc de s’attaquer à tous ces facteurs, et pas seulement au critère financier. Cette définition plus large de la pauvreté englobe les problèmes auxquels sont confrontés les pauvres sans se limiter à une vision purement économique qui élude les questions de bien-vivre, d’environnement et de conditions du développement.

+ Site de la Wildlife Conservation Society

Classé dans : Conférences Environnement Les défis du développement
Mots-clefs :,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*