Le Mag

Genre et développement économique, soutien aux femmes actrices du développement

Publié par Objectif Développement , le

Le FSP mobilisateur « genre et économie, femmes actrices du développement » est une composante essentielle du plan d’action en faveur de l’égalité hommes-femmes voulu par le Secrétaire d’État à la Coopération et à la Francophonie pour contribuer à la réalisation de l’objectif 3 du millénaire (« promouvoir l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes »). Il doit constituer une étape supplémentaire de la dynamique française en faveur de l’égalité hommes/femmes et fait de la reconnaissance des femmes en tant qu’actrices économiques du développement une priorité dans la lutte contre la pauvreté, particulièrement en période de crise.

Le FSP mobilisateur « genre et économie, femmes actrices du développement » s’inscrit dans la dynamique lancée voici plus de trente ans par la communauté internationale en faveur de l’égalité hommes-femmes dans le monde et à laquelle la France participe à travers ses engagements internationaux. Il est l’une des suites concrètes et logiques de la stratégie genre adoptée fin 2007 (Document d’Orientation Stratégique) élaborée par le MAEE en collaboration avec les sociétés civiles. Il a pour objectif cohérent et transversal de favoriser l’égalité effective entre les hommes et les femmes dans l’activité économique et de parvenir à l’autonomisation économique des femmes comme un facteur déterminant de développement économique et de stabilité. Toutes les études internationales tendent en effet à prouver que l’indépendance économique des femmes constitue un facteur majeur de stabilisation et de progrès, en particulier dans les régions pauvres.

Doté de trois millions d’euros, le FSP mobilisateur soutient des projets dans une zone géographique qui constitue le « cœur de cible » de la coopération française. Six pays d’Afrique de l’Ouest sont en effet concernés : Burkina Faso, Mali, Niger, Togo, Bénin et Sénégal.

Les principales bénéficiaires sont des femmes d’Afrique de l’Ouest qui travaillent dans les secteurs agroalimentaire et de petit élevage d’artisanat et de commerce, notamment transfrontalier, ainsi que les coopératives, organisations et réseaux de femmes actives impliquées dans le développement économique.

Le FSP mobilisateur est conçu comme un ensemble dont les différentes composantes opérationnelles sont cohérentes entre elles et s’interpénètrent de façon transversale. Ces composantes sont les suivantes :

- soutien à des projets économiques porteurs selon trois volets :

- soutien à l’activité des femmes dans les filières agricoles et agroalimentaires
- soutien au développement de l’artisanat féminin et de l’entreprenariat féminin
- intégration de la question du genre dans le commerce transfrontalier ;

- renforcement des capacités techniques et organisationnelles des femmes et des organisations de femmes ;

- soutien au plaidoyer en faveur d’une plus grande prise en compte du genre dans les politiques de lutte contre la pauvreté.

Une composante management est également comprise dans le FSP.

Les projets économiques de la composante 1 ont été retenus en fonction de l’intégration dans leur conception et leur mise en œuvre d’une dimension formation et plaidoyer en faveur de l’égalité hommes/femmes complémentaire de la composante économique pure.

Ce FSP constitue également une avancée exemplaire du point de vue de la coopération entre l’administration et les sociétés civiles. Douze ONG françaises et leurs partenaires du Sud ont en effet été étroitement associées à sa conception et vont assurer la mise en œuvre de l’essentiel des projets. Elles se sont regroupées en consortium associant ONG techniciennes et spécialistes des questions de genre. Un « pôle genre » assurera un accompagnement permanent des projets (ateliers communs, formation, sites internet et intranet dédiés, visites de terrain…). Ce travail concerté favorisera l’élaboration et la mise en œuvre d’une méthodologie commune.

Le management du FSP sera placé sous la responsabilité d’un comité de pilotage associant représentants de l’administration et personnalités du Nord et du Sud. Les postes diplomatiques seront constamment associés à la mise en œuvre du FSP.

Enfin, la capitalisation de cette expérimentation à grande échelle des orientations stratégiques en faveur de l’égalité hommes/femmes sur le terrain économique dans la coopération au développement devrait permettre d’affiner la politique du genre dans la coopération française au développement et de mettre en lumière de bonnes pratiques généralisables.

Classé dans : 3. Oui à l'égalité des sexes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*