Le Mag

Indice de la faim dans le monde 2011. Relever le défi de la faim

Publié par Objectif Développement , le

À quatre ans de la date fixée pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, malgré de nombreux progrès, la faim (omd 1) demeure à des niveaux inacceptables. Il faut agir dès à présent pour réduire la hausse des prix afin de protéger les plus vulnérables.

Présentation de l’Indice 2011. Un rapport d’experts
À la veille de la Journée mondiale de l’alimentation (16 octobre 2011), l’Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires (IFPRI), Welthungerhilfe, ACTED et Concern Worldwide présentaient l’Indice 2011, à Paris, le vendredi 14 octobre. Cette présentation a été l’occasion d’une discussion entre différents acteurs et experts impliqués dans la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Des progrès insuffisants
Selon l’édition 2011 de l’Indice, la faim dans le monde a certes diminué depuis 1990, mais pas de manière significative : près d’un milliard d’enfants, de femmes et d’hommes souffrent encore de la faim. Le GHI qui était de 19,7 en 1990 est aujourd’hui à 14,6. La hausse récente du niveau et de la volatilité des prix agricoles constitue une menace pour la sécurité alimentaire mondiale et expose de nombreux foyers et groupes vulnérables à un risque accru de souffrir de la faim, comme on le voit avec la crise alimentaire qui frappe en ce moment la Corne de l’Afrique. De plus, les chiffres globaux cachent de fortes disparités entre les pays et les régions : 22 pays ont un niveau de faim alarmant et 4 pays un niveau extrêmement alarmant. Tous ceux appartenant à cette dernière catégorie (le Burundi, l’Érythrée, la République Démocratique du Congo et le Tchad) sont en Afrique subsaharienne.
« Ce sont les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables qui souffrent le plus lorsque les prix grimpent ou fluctuent de façon imprévisible » a rappelé Frédéric Roussel, fondateur et directeur du développement d’ACTED. « Ce rapport engage à agir sur plusieurs fronts (…) en particulier dans les pays où la faim est la plus sévère. »

Des recommandations
Les experts ont demandé une action immédiate et appelé à la mise en place de politiques de lutte contre la faim, tant au niveau national qu’international.

Enfin, le rapport 2011 fait plusieurs recommandations selon lesquelles : « S’attaquer au problème de la flambée et de la volatilité excessive des prix exige que l’on agisse aussi bien sur la question de la volatilité que sur la protection des populations les plus vulnérables contre les effets dramatiques des prix variables et élevés. Il est également important de remédier aux causes de la volatilité des prix alimentaires en révisant les politiques relatives aux biocarburants, en régulant les transactions financières sur les marchés agricoles ainsi qu’en s’adaptant aux effets du changement climatique et en les limitant. En outre, il est indispensable de constituer des réserves alimentaires et d’assurer le partage de l’information sur les marchés agricoles et alimentaires. Afin d’augmenter la résilience aux changements rapides des prix des denrées alimentaires, il est essentiel de renforcer les systèmes de protection sociale, d’améliorer la préparation aux situations d’urgence, d’investir davantage dans l’agriculture durable à petite échelle, d’accroître les moyens de subsistance des personnes démunies dans les campagnes comme dans les villes et de renforcer l’accès aux services de base tels que l’éducation, la santé et l’assainissement. »

En savoir plus :
www.acted.org
www.convergences2015.org
www.ifpri.org
www.welthungerhilfe.de
www.concern.net


Qu’est-ce que l’Indice de la faim ?

L’Indice de la faim dans le monde, ou Global Hunger Index (GHI), est un outil statistique, développé par l’Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires (IFPRI), qui permet de mesurer et de suivre l’évolution de la faim dans le monde. Il est calculé à partir de trois critères : la sous-alimentation (part de la population ayant un apport calorique insuffisant), la sous-alimentation infantile (proportion d’enfants de moins de 5 ans ayant un poids insuffisant) et la mortalité infantile (taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans).

À quoi sert-il ?
L’Indice de la faim est un outil majeur pour promouvoir la mise en place de politiques de lutte contre la faim dans le monde. Son objectif est également de susciter une prise de conscience sur les différences qui existent entre les pays et les régions par rapport à la faim. Publié chaque année, ce rapport s’adresse à un large public – décideurs politiques, bailleurs de fonds, organisations non gouvernementales, enseignants, médias, grand public – et vise à favoriser une meilleure connaissance du problème de la faim et des possibles solutions, en identifiant les facteurs de succès et d’échec des programmes de réduction de la faim.

Classé dans : 1. Oui à la lutte contre la pauvreté et la faim


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*