Le Mag

Lutter contre la pollution de l’air à Cotonou, Bénin

Publié par Objectif Développement , le

Contexte

A l’image de la plupart des pays en développement, le transport urbain à Cotonou est caractérisé par une crise des transports collectifs et une croissance anarchique des autres moyens de transport tels que les deux-roues. L’activité de moto-taxis, très attractive pour la population car ne nécessitant aucune formation et se réalisant souvent de manière informelle, s’est progressivement accrue. On compte aujourd’hui près de 100 000 conducteurs de motocyclettes à Cotonou.

La prolifération et l’utilisation généralisée de ces deux roues ont de graves conséquences environnementales. En rejetant de grandes quantités de gaz à effet de serre et de polluants, ils nuisent à la qualité de l’air et posent de sérieux problèmes de santé publique. En particulier, les conducteurs de moto-taxis, qui sont les plus exposés, sont dix fois plus sujets à des problèmes respiratoires que des individus vivant en milieu rural. Leur espérance de vie est ramenée à 40 ans, contre 54 ans pour le reste de la population. Plus généralement, on considère que la pollution atmosphérique fait perdre chaque année à l’économie béninoise plus de 1,2% de son PIB, soit environ 20 milliards de francs CFA.

Il est donc urgent de freiner la pollution atmosphérique à Cotonou. C’est à ce titre que l’Agence Française de Développement (AFD) a encouragé la mise en œuvre d’un programme novateur, permettant de passer des motocyclettes à deux temps, extrêmement polluantes, aux deux roues à quatre temps, qui rejettent près de 85% de moins de gaz à effet de serre et sont beaucoup moins polluants.

Objectifs

L’enjeu du financement apporté par l’AFD est de diminuer la pollution atmosphérique à Cotonou et de participer à la lutte contre le réchauffement climatique au niveau global. Le caractère démonstratif et reproductible du projet permettra de lancer une dynamique à l’échelle de l’ensemble des grandes villes africaines dans une perspective d’aménagement durable des transports urbains.

Les objectifs spécifiques du financement apporté par l’AFD sont les suivants :

- remplacement de 10 000 motocyclettes à deux temps par 10 000 motocyclettes à quatre temps (renouvellement d’environ 10% des motocyclettes de Cotonou) ;
- baisse du coût d’une motocyclette à quatre temps neuve pour atteindre le coût d’une motocyclette à deux temps d’occasion ;
- passage des deux roues à deux temps aux motocyclettes à quatre temps ;
- diminution de la pollution atmosphérique ;
- amélioration de la santé publique.

Descriptif du projet

Ce projet d’appui au passage des quatre-temps à Cotonou constituera la première expérience de ce type dans la région. Il s’intègrera dans le cadre d’un programme plus large d’appui à l’agglomération de Cotonou, pour lequel l’A FD a octroyé une subvention de 11 millions d’euros. Le projet comprendra plusieurs volets :

- Une dimension légale incitative. Interdiction de l’importation des deux temps et de leurs pièces détachées et mise en place d’exonérations fiscales et douanières sur l’importation des quatre temps. Délai de cinq ans avant l’interdiction totale de l’utilisation de motocyclettes à deux temps à Cotonou.

- Une incitation à la destruction des motocyclettes à deux temps et au passage aux motocyclettes à quatre temps. Celle-ci passera, dans un premier temps, par le versement d’une aide financière aux propriétaires de deux roues à deux temps pour l’achat d’une motocyclette à quatre temps, à condition qu’ils aient remis leur ancien véhicule pour destruction. Cette prime, qui représente au moins 20% du coût total d’une moto neuve, devra permettre aux bénéficiaires d’accéder au microcrédit et d’acheter un véhicule neuf. Une institution de microfinance sera chargée de la gestion de la prime et de la mise en place des microcrédits. Un opérateur technique sera quant-à lui responsable de la mise en place de la casse spécialisée dans la destruction et le recyclage des motocyclettes deux temps. Pour garantir la durabilité du projet, des actions de formation professionnelle en direction des mécaniciens seront mises en place, afin d’assurer une maintenance rigoureuse des motocyclettes à quatre temps. Des actions fortes de communication et d’information permettront de faire connaître le projet (notamment dans sa dimension légale) et d’inciter les conducteurs à changer de véhicule. Les premiers bénéficiaires seront fortement médiatisés. Des campagnes de sensibilisation viseront à informer des risques environnementaux et sanitaires liés à l’usage des motocyclettes polluantes.


Impacts

- Baisse du niveau de pollution locale et des émissions de gaz à effet de serre de 15 000 tonnes par an ;
- Montant des dépenses de santé évitées estimé à 160 000 euros par an ;
- Soutien d’une quinzaine d’emplois dans la région ;
- 10 000 véhicules substitués ;
- Impact général sur l’aménagement des transports urbains.

Classé dans : 7. Oui à un environnement durable


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*