Le Mag

[Spécial Eau] Traiter l’eau pour mieux vivre dans les Territoires palestiniens

Publié par Objectif Développement , le

Les Territoires palestiniens et la bande de Gaza en particulier souffrent d’un déficit en eau chronique. En effet, la forte densité démographique associée à de faibles ressources crée une tension qui fait apparaître la préservation de la nappe souterraine comme un enjeu crucial.

Des stations d’épuration…complètement dépassées !

Dans la bande de Gaza, la densité démographique atteint 3000 hab./km2 et les ressources en eau par habitant sont très inférieures au seuil critique de 500m3/hab. Au total plus de 1,5 million de personnes vivent sur cette petite bande de terre ! La demande en eau est donc en forte croissance et les besoins d’extension des réseaux sont très élevés. À titre d’exemple, la station d’épuration de Beit Lahia, construite en 1977, reçoit les eaux usées de 250 000 habitants, soit plus de quatre fois sa capacité, on peut dire qu’elle est complètement saturée. Les eaux usées n’étant pas traitées, elles se sont répandues sur un territoire de 35 hectares en 2009, rendant la zone insalubre, avec prolifération de moustiques et créant un risque de rupture des digues qui menaçait près de 10 000 personnes. C’est ce qu’il s’est produit en 2007, occasionnant la mort de plusieurs personnes, sans compter les dégâts alentours.

L’eau, source de conflits

Les autorités palestiniennes ont donc sollicité, la communauté internationale pour aménager un dispositif d’assainissement collectif couvrant cette zone insalubre et menaçante. Depuis 1998, l’AFD et d’autres bailleurs de fonds ont financé huit projets d’eau et d’assainissement dans les Territoires palestiniens. L’objectif principal est d’augmenter la capacité de production et la distribution d’eau potable, tout en préservant les ressources en eau dont disposent ces territoires. Un objectif secondaire est d’atténuer les conflits avec leurs voisins israéliens, exacerbés par une « guerre de l’eau » émergente…

Le projet de la station de Beit Lahia prévoit deux phases :

  • la construction d’une station de pompage permet le transfert des eaux usées vers de nouveaux bassins d’infiltration, et résoud le problème de rupture des digues ;
  • La construction d’une station de traitement biologique qui répondra aux besoins estimés pour 2015.

De plus, les eaux usées seront traitées afin de bénéficier à la production agricole.

Un changement drastique dans la vie quotidienne des populations

La station de Beit Lahia sera ainsi sept fois plus grande qu’auparavant, ce qui en chiffres se traduit par le traitement des eaux usées des 250 000 personnes qui résident dans les quatre municipalités environnantes ! C’est aussi 1 500 agriculteurs qui pourront profiter de ce nouvel apport en eau et de 20 000 m3 de boues traitées pour l’usage agricole. La réduction des maladies liées à l’eau, la protection des nappes souterraines font également partie des avantages périphériques mais néanmoins essentiels apportés à la population grâce à ce projet !

Aller plus loin :

–> Une vidéo présentant le projet financé par l’AFD.

L’AFD finance la construction d’une station d’épuration à Beit Lahia from Objectif développement on Vimeo.

–> Découvrir la vidéo Magnum in Motion sur ce projet.

Gaza – MIM Objectif-Développement from Objectif développement on Vimeo.

Crédits photo : Paolo Pellegrin / Magnum Photos

Classé dans : Agriculture Eau / Assainissement Méditerranée et Moyen-Orient Prévenir les crises Santé Spécial Eau
Mots-clefs :, , , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*