Le Mag

[Spécial eau] Cambodge : Distribuer l’eau potable aux populations les plus défavorisées

Publié par Objectif Développement , le

Le Cambodge est un pays disposant de larges ressources en eau. Pourtant moins de 50 % de la population urbaine a accès à de l’eau réellement potable. Si la situation est meilleure à Phnom Penh, où 85% de la population a accès à l’eau potable, les réseaux de distribution n’atteignent pas toujours les quartiers périphériques de la ville et les habitants subissent les prix élevés pratiqués par des transporteurs privés. Grâce au développement d’usines publiques et à des subversions dédiées aux habitants les plus pauvres, cette situation a évolué.

Des quartiers périphériques mal desservis

À Phnom Penh, la population croît de 2,8 % par an et exerce par conséquent une pression constante sur la demande en eau. En 2006, l’AFD a accordé un premier prêt à la PPWSA, régie publique des eaux de Phnom Penh qui gère la production et distribution d’eau pour environ 1,5 million d’habitants. En finançant une usine de traitement, la PPWSA a ainsi pu augmenter sa capacité de production, et améliorer les réseaux existants au point d’en faire une structure exemplaire en Asie, proche des standards internationaux, avec un taux de fuite limité à 8 %. Un second prêt en 2008 a permis de construire une nouvelle usine à Niroth, un quartier périphérique au sud de la ville.

Desservir les quartiers périphériques en élargissant le réseau

Grâce à la desserte de ces nouveaux quartiers en eau potable, les populations les plus défavorisées peuvent accéder au réseau. Les particuliers bénéficient également de subventions sur la base de critères sociaux. Ce sont ainsi 350 000 personnes qui ont vu le montant de la facture d’eau diminuer et qui peuvent enfin bénéficier de branchements à leur domicile au lieu d’acheter leur eau auprès de sociétés privées pratiquant des tarifs parfois trois plus élevés que ceux de la PPWSA ! L’économie réalisée représente près du quart du revenu moyen dans la ville.

L’eau comme facteur sanitaire

De plus, le raccordement de ces foyers au réseau permet le retraitement des eaux usées, ce qui a un impact sanitaire : les dépenses de santé dont les habitants s’acquittaient sont réduites de 25 % . Chaque année, ce sont 2000 foyers de plus qui profitent d’un branchement au réseau de la ville, pour un total d’environ 20 000 depuis le début du projet.

Pour aller plus loin :
–> L’interview de Cassilde Brénière, sur les enjeux pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable.

Améliorer l’accès à l’eau potable – Cassilde Brénière, AFD

Classé dans : Asie Eau / Assainissement L' AFD Spécial Eau
Mots-clefs :, , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*