Le Mag

Journée mondiale de lutte contre le sida 2012

Publié par Objectif Développement , le

« On peut maintenant réaliser en 24 mois ce qui prenait auparavant une décennie »

 

A 1000 jours de la date butoir pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement et à quelques jours de la Journée mondiale de lutte contre le sida (le 1e décembre), le nouveau rapport de l’ONUSIDA révèle des progrès sans précédent.

Publié le 20 novembre 2012, le rapport de l’ONUSIDA sur l’état de la lutte contre le sida dans le monde montre une accélération sans précédent de la riposte à la pandémie. Le taux d’infections au VIH a fortement baissé depuis 2001 et l’accès aux traitements s’est considérablement accru.

 Diminution des nouvelles infections

En 10 ans, le nombre de nouvelles infections a été réduit de plus de 50 % dans 25 pays à revenus faible ou intermédiaire, dont plus de la moitié sont des pays d’Afrique subsaharienne, région la plus durement touchée par le virus.

Selon l’ONUSIDA, « dans certains pays, qui affichent les taux de prévalence les plus élevés au monde, le nombre de nouvelles infections à VIH a été réduit de façon spectaculaire depuis 2001 : 73 % au Malawi, 71 % au Botswana, 68 % en Namibie, 58 % en Zambie, 50 % au Zimbabwe et 41 % en Afrique du Sud et au Swaziland ».

Le domaine dans lequel on constate le plus de progrès concerne la réduction des nouvelles infections chez les enfants. Sur les deux dernières années, elles ont diminué de 24 %. Dans six pays (Burundi, Kenya, Namibie, Afrique du Sud, Togo et Zambie), le nombre d’enfants nouvellement infectés par le VIH a diminué d’au moins 40 % entre 2009 et 2011.

 Moins de décès et un meilleur accès aux traitements

Grâce à des efforts remarquables dans l’accès aux traitements pour les populations les plus pauvres, l’Afrique subsaharienne a réduit d’1/3 le nombre de décès liés au sida sur les 6 dernières années et augmenté de 59 % le nombre de personnes sous traitement antirétroviral sur les 2 dernières années seulement.

Entre 2005 et 2011, les décès ont diminué de plus d’un demi-million. Les pays où le VIH est le plus présent ont enregistré les plus fortes baisses du nombre de décès liés au sida. Par rapport à 2005, les décès ont diminué de 100 000 en Afrique du Sud, de près de 90 000 au Zimbabwe, de 71 000 au Kenya et de 48 000 en Éthiopie.

« Le rythme des progrès s’accélère, on peut maintenant réaliser en 24 mois ce qui prenait auparavant une décennie », a déclaré M. Michel Sidibé, directeur exécutif de l’ONUSIDA. « Nous élargissons et intensifions nos efforts plus vite et de façon plus intelligente que jamais. Cela prouve qu’avec de la volonté politique et en poursuivant notre action, nous pouvons atteindre nos objectifs communs d’ici 2015 ».

 Plus d’investissements

Le rapport révèle également que plus de 81 pays ont augmenté leurs investissements nationaux de 50 % entre 2001 et 2011. En 2011, pour la toute première fois, les investissements nationaux des pays à revenu faible ou intermédiaire ont dépassé les dons mondiaux en faveur de la lutte contre le VIH. Cependant, l’aide internationale reste une ressource essentielle pour de nombreux pays.

Ainsi, le rapport démontre que « des investissements soutenus et un engagement politique accru sont payants » et que « des progrès rapides sont possibles » a rappelé M. Sidibé.

Des progrès restent à faire

Malgré ces résultats très encourageants, l’ONUSIDA estime que 6,8 millions de personnes n’ont pas accès au traitement dont elles ont besoin. Sur les 34 millions de personnes vivant avec le VIH, la moitié n’a pas connaissance de sa maladie et ne peut donc pas bénéficier de services de prise en charge du VIH. Enfin, en dépit de leur forte baisse, le nombre de nouvelles infections à VIH demeure trop élevé (2,5 millions en 2011).

En outre, il est urgent d’accélérer l’accès au dépistage, de réduire le coût du traitement et de promouvoir à grande échelle les services de prévention combinée du VIH. Par exemple, la circoncision masculine médicale volontaire pourrait permettre de prévenir 1 infection à VIH sur 5 en Afrique orientale et australe d’ici à 2025 (estimation ONUSIDA).

 

En savoir plus

ONUSIDA
Stratégie de l’ONUSIDA 2011-2015
FMSTP
Interview de Mireille Guigaz, ambassadrice de la France pour la lutte contre le VIH/sida et les maladies transmissibles
Journée mondiale de lutte contre le sida
Agence Française de Développement
AFD
 
Photo: Lutte contre le sida à Haiti / Regnault /Agence Française de Développement

Classé dans : 6. Oui à la lutte contre les maladies


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*