Le Mag

« En tant que femme entrepreneur en France, j’ai des atouts que beaucoup d’autres n’ont pas… »

Publié par Objectif Développement , le

Stéphanie cardot

Présidente de la société To Do Today, leader sur le marché de la conciergerie d’entreprise en France, Stéphanie Cardot multiplie aussi les engagements pour la cause des femmes et leur progression dans la société. Elle emploie d’ailleurs plus de 70% de femmes, à tous les postes de l’entreprise.

A l’occasion des fêtes de fin d’année, elle a lancé auprès de ses salariés un challenge solidaire par l’intermédiaire du site de microcrédit solidaire Babyloan afin de soutenir des projets de femmes à travers le monde.

Des projets simples qui peuvent changer la vie des bénéficiaires

Objectif de départ pour les salariés : financer les projets d’entreprise de cinq femmes à travers le monde pendant une durée limitée. De l’élevage de poulets en Équateur au financement d’un Tuk-Tuk pour une vendeuse ambulante cambodgienne, en passant par l’achat de stocks pour une marchande des Philippines, les projets à financer sont simples à comprendre et demandent peu de moyens, mais ils peuvent radicalement changer la vie de leur bénéficiaire.

Pour Stéphanie Cardot, le choix de soutenir ces projets d’entreprise grâce au microcrédit s’est imposé naturellement : « De notre côté, nous avons eu une très bonne année et ne connaissons pas la crise. Mais à travers le monde, toutes les femmes n’ont pas cette chance. En tant que femme entrepreneur en France, j’ai des avantages que beaucoup d’autres n’ont pas…»

Les salariés ont participé massivement au challenge

« Par ailleurs, explique la présidente, on sait que les femmes des pays du Sud ont un impact important sur le développement de leur pays car elles réinvestissent l’argent gagné dans l’éducation des enfants. Diverses études émanant des organismes de micro-crédit démontrent en effet que les femmes remboursent la plupart du temps leur crédit et réinvestissent leur argent au sein de leur famille. »

Dès les premiers jours du challenge, les salariés ont massivement participé pour financer les entrepreneurs. Trois projets supplémentaires ont de fait été ajoutés dans les jours qui ont suivi le lancement pour que d’autres salariés puissent participer. L’entreprise a, de son côté, doublé le prêt accordé par ses salariés.

Au total huit projets auront finalement été soutenus par l’entreprise et ses salariés dans le cadre du challenge solidaire, pour un montant total de 2 500 euros environ, soit environ 400 euros par projet.

« C’est plus motivant de connaître le bénéficiaire »

Pour Stéphanie Cardot, l’implication très forte des salariés s’explique par la proximité créée avec l’entrepreneur à travers le site Babyloan : « Le fait de prêter directement  à des entrepreneurs identifiés leur a paru plus concret et motivant que lorsqu’ils versent un don à une association  dont ils ne connaissent pas toujours la destination finale. »

La présidente considère que le microcrédit représente une alternative intéressante aux dons car elle responsabilise les entrepreneurs qui deviennent ainsi les acteurs de leur développement.

Pour aller plus loin, elle souhaite lancer de nouveaux challenges solidaires auprès de ses salariés, mais aussi relayer l’offre de Babyloan auprès de ses clients. Elle estime qu’avec les 50 000 salariés issus de 150 entreprises clientes, la communauté de prêteurs peut être sensiblement élargie et soutenir de nombreux projets d’entreprises à travers le monde.

En savoir plus :

+ Babyloan

+ L’Adie

+ Semaine du microcrédit de l’Adie

Crédits photo : Babyloan

Classé dans : Croissance Les défis du développement
Mots-clefs :, , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*