Le Mag

[Livre d'or] « La préservation de la nature est un préalable à tout, à la santé, à l’éducation. »

Publié par Objectif Développement , le

L’exposition photo Objectif Développement a ouvert ses portes le lundi 11 février à Abidjan, deuxième étape de sa tournée africaine. Et c’est déjà un succès ! Voici quelques témoignages de visiteurs, très enthousiasmés par l’exposition.

Joseph Ouattara, visiteur de l'expo photo

Joseph Ouattara, visiteur de l'expo photo

Ouattara Joseph Lois, 20 ans, étudiant au groupe ESAM (grande école en informatique et en droit), souhaite devenir juriste.

Son reportage préféré ?
« Le reportage signé par Jean Gaumy sur le climat. Les photos sont magnifiques, on y montre la nature en pleine mutation et il témoigne des efforts que les êtres humains peuvent fournir pour lutter contre le réchauffement climatique. Si la nature est détruite, l’homme est détruit. La préservation de la nature est un préalable à tout, à la santé, à l’éducation. »

Berno et Adja, visiteurs de l'expo photo

Berno et Adja, visiteurs de l'expo photo, avec une des hôtesses d

Berno Ebi et Adja Louis, âgés de 18 et 20 ans, sont venus sur l’expo à l’heure du déjeuner. Ils font leurs études à l’Institut Pigier, sur le plateau, non loin du Parc Bressolle, où a lieu l’exposition.

Pour Adja, expert comptable en devenir, « cette exposition est la bienvenue en Côte d’Ivoire car elle est une lucarne sur le développement durable au sens large. Ce type d’exposition permet d’apprendre et surtout d’échanger tout ce que l’on sait des uns et des autres. L’exposition nous apprend beaucoup, mais nous avons aussi beaucoup à vous apprendre! »

Pour Berno, ses reportages préférés sont « ceux qui concernent la croissance au Cambodge et l’éducation. Ce type d’exposition doit interpeller nos décideurs : nous avons beaucoup de problèmes d’éducation en Côte d’Ivoire, il faut notamment les encourager à désenclaver les zones rurales pour offrir un vrai accès à l’éducation pour tout le monde. L’exposition permet d’élargir notre champ de vision. Et le reportage sur la croissance est très important car c’est la croissance qui va appeler le développement, ça concerne tout le monde et tout le monde comprend, je me sens concerné. Le développement, c’est quelque chose qui nous colle à la peau en Côte d’Ivoire ! »

Désirée GNAN , conseiller d'orientation du Lycée de jeunes filles de Bengerville

Désirée GNAN est conseiller d’orientation du Lycée de jeunes filles de Bergeville et accompagne ce matin cinquante de ses élèves sur l’exposition Objectif Développement.

À la question « quel est le reportage que vous préférez ? », Désirée répond le reportage sur le développement urbain à Medellin. « Très impressionné par le métrocâble, je découvre un nouveau moyen de transport innovant et je vois en même temps que l’AFD est présente dans le monde entier ! »

Yeo Abou, visiteur de l'expo

Yeo Abou, visiteur de l'expo

Yeo Abou, 35 ans, est Chef du service distribution chez Total Côte d’Ivoire. Ses reportages préférés sont ceux portant sur la santé et l’éducation. Ce dernier thème le touche particulièrement : « le reportage sur le Burkina montre bien l’action de l’AFD en matière de formation professionnelle. C’est la clef de voûte aujourd’hui. La formation professionnelle permet de rattraper le gap quand on a pas eu la chance d’avoir eu accès à l’école. Il y a beaucoup de chômage dans les pays africains car soit les enfants ne sont pas allés à l’école primaire, soit, plus tard, ils n’ont pas eu accès à la formation professionnelle.

Le taux de scolarisation à chuté en Côte d’Ivoire pendant la guerre. Il faut que l’AFD accompagne l’Etat mais passe aussi par les ONG et les structures qui offrent des formations qualifiantes aux jeunes pour créer leurs entreprises. Les idées sont là, le pays est quasiment vierge en matière d’entrepreneuriat. Beaucoup de domaines attendent d’être investis, il faut accompagner les jeunes et créer une vraie émergence des classes moyennes, pas seulement une émergence au sens macro économique. »

Salomon Ogui

Salomon Ogui

Salomon Ogui, 30 ans, est informaticien et patron d’une PME. Il a choisi le reportage sur l’éducation au Burkina Faso.

« Aujourd’hui, les jeunes ont les diplômes mais n’ont pas assez de pratique, pas assez de formation professionnelle. Dans ma PME, nous formons les jeunes et les accompagnons pour aller travailler dans des plus grosses entreprises en informatique. Il faudrait développer davantage la formation professionnelle en Côte d’Ivoire. Ils ont des qualifications mais pas de travail. »

Mr Ziko

Mr Ziko

Mr Ziko est Secrétaire général du syndicat national des agriculteurs de Côte d’Ivoire créé en 2009, et est spécialisé dans la riziculture.

« Je souhaiterais prendre attache avec les riziculteurs de Guinée pour partager les techniques et les importer en Côte d’Ivoire. Il y a plus de 10 000 hectares de bas fonds en Côte d’Ivoire. Exploités, ils pourraient offrir un travail permanent à près de 60 000 jeunes et permettre de sortir les campagnes ivoiriennes de la pauvreté. Et lutter aussi contre l’exode rural des jeunes. Entre pays voisins, il faut s’entraider et partager. »

Olivia Priscille, 15 ans, est venue visiter l’expo avec son lycée. Elle a envie de devenir ingénieur agroalimentaire.

« À travers ces images, on voit que l’AFD soutient les pays en voie de développement. Je ne connaissais pas l’AFD avant, maintenant oui. À 15 ans , on pense que la priorité en Côté d’Ivoire est de se développer au niveau social. Dans 10 ans, je rêve que la Côté d’Ivoire soit un pays en paix et développé sur tous les plans. »

Achile Azibah, 24 ans, a un Master de sociologie du développement économique à l’Université d’Alassane Ouattara. Il a fait son mémoire sur l’aide publique au développement, sur le thème « Quelle est la perception des ONG de lutte contre le Sida des financements qu’apportent les bailleurs de fonds ? ».

« Le projet Santé m’a le plus touché pour des motivations personnelles : je suis porteur de la drépanocytose, maladie liée à une malformation des globules rouges qui ne se soigne pas. Mais je peux vivre avec. Tout ce qui touche les questions de santé m’intéresse donc beaucoup. Dans le souci de contribuer au bien être des autres cela me préoccupe. J’ai choisi la sociologie du développement pour avoir un regard global sur l’homme dans son environnement. À l’avenir je souhaiterais piloter des projets de développement pour une institution.
La Côté d’Ivoire dans 10 ans ? C’est très proche … Je rêve d’une Côté d’ivoire ou chaque habitant agit avec respect et courtoisie envers chaque personne et envers l’environnement. »

Fidèle Kako, 45 ans, est assistant juridique chez Oasis Côte d’Ivoire.

Son reportage préféré est de loin celui sur l’agriculture avec le projet d’appui à la filière riz de mangrove en Basse Guinée. Il nous explique pourquoi : « Je suis issu du milieu paysan, tout comme beaucoup d’ivoiriens. Le développement de l’agriculture et le développement rural sont des enjeux extrêmement importants pour notre pays. La côte d’Ivoire a beaucoup d’atouts dans ce domaine, surtout dans les filières agricoles mais cela doit être mieux réparti entre petites, moyennes et grandes exploitations. Il faut développer l’accès au marché et l’écoulement des productions. »

Maiga et Meless sont tous les deux lycéens. Ils sont venus visiter l’exposition ce matin avec leurs camarades de la terminale C au lycée Moderne de Yopougon, Andokoi.

Leur reportage préféré est celui sur la santé, qui présente un projet réalisé en Mauritanie. Le reportage présente un système de santé basé sur le partage du risque obstétrical : chaque patiente enceinte, qui décide d’adhérer, paye une cotisation (l’équivalent de 11 000 F CFA) qui couvre l’ensemble des soins futurs liés à la grossesse (consultations prénatales, échographie, examens), à l’accouchement et au suivi post-natal.

Pour Maiga, il faudrait étendre ce projet dans tous les pays africains car les risques liés à la grossesse et l’accouchement sont très élevés.

Pour Meless, la santé, c’est la base du développement, si la population n’est pas en bonne santé, on ne peut rien faire, pas se déplacer, pas chercher un travail, c’est fondamental et cette exposition est bien l’occasion de le rappeler.

Bravo à Solange qui a remporté l’appareil photo numérique Samsung ST77, lors du premier tirage au sort sur l’exposition !

« Je m’appelle Solange, suis étudiante en journalisme. Je n’avais pas entendu parler de l’exposition que j’ai découverte par hasard en venant au Plateau.

J’ai trouvé l’exposition passionnante et ai constaté la diversité des géographies d’intervention de l’AFD. Il faut encourager ce type d’exposition. Plutôt que le cadeau, j’aimerais retenir la mission de l’AFD et l’encourager afin que les financements contribuent efficacement au développement de notre pays. »

Retrouvez plus de témoignages au fil de l’exposition et sur Facebook et Twitter !

Classé dans : Autour de l'expo Livre d'or


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2 réponses à "[Livre d'or] « La préservation de la nature est un préalable à tout, à la santé, à l’éducation. »"

  1. L’expo photo a est une aubaine pour tout les pays qui on us, et qui aurons la chance de recevoir l’AFD sur leur territoire. Vivement qu’elle revienne ici en cote d’ivoire l’année prochaine.
    car j’ai des amis qui ont regretter de n’avoir pas visité l’expo photo. Vivement le prochain retour.

  2. @Berno Un grand merci pour votre enthousiasme qui fait plaisir !