Le Mag

[Interview] Antoine Ravignan : « Les rangs de cette Afrique porteuse de changement sont de plus en plus nombreux. »

Publié par Objectif Développement , le

Le 6 mai sortait en kiosque, le hors-série du magazine « Alternatives Internationales », réalisé en partenariat avec l’AFD, le SIDI (solidarité internationale pour le développement et l’investissement) et le CCFD-Terre Solidaire, ayant pour thème « l’Afrique qui bouge ».

A cette occasion nous avons interviewé Antoine Ravignan, Rédacteur en chef de ce numéro spécial.


Comment est né le projet d’un Hors-Série sur « l’Afrique qui bouge » ?

J’avais lu il y a trois ans avec beaucoup d’intérêt  « Le temps de l’Afrique », coécrit par Jean-Michel Severino et Olivier Ray et cela m’a incité à proposer à ma rédaction de réaliser un hors-série qui traiterait de cette Afrique qui bouge, mais sur un mode journalistique, « par le bas ». Un numéro où l’on offrirait au lecteur non seulement des analyses renouvelées permettant de sortir des clichés afropessimistes ou afroptimistes qui circulent dès que l’on parle de l’Afrique, mais aussi des reportages où l’on donnerait à voir, à sentir des évolutions positives aujourd’hui à l’oeuvre, tout en veillant à ne pas ignorer l’univers des contraintes dans lesquelles elles se déploient. Vouloir réaliser un numéro grand public sur un sujet qui intéresse malheureusement peu les lecteurs et donner une  large place au terrain représentait pour nous un risque éditorial élevé. C’est pourquoi nous avons recherché des partenaires qui pouvaient  légitimement soutenir ce projet, tant d’un point de vue  matériel qu’intellectuel.

En 2013, dans quel domaine l’Afrique est-elle la plus étonnante ?

Peut-être dans celui des attitudes. L’Afrique se bouge. De plus en plus nombreux sont ceux qui ne se résignent plus à la corruption des élites, qui sont prêts à payer des taxes en contrepartie de la délivrance d’un réel service, qui agissent pour que la rente des matières premières soit allouée au développement de l’économie dans son ensemble ou pour que la sécurité alimentaire repose davantage sur une paysannerie dont le rôle clé semble mieux reconnu. Pour différentes raisons – émergence de classes moyennes, progrès de l’éducation, croissance économique, nouveaux rapports économiques internationaux, etc. – , les rangs de cette Afrique porteuse de changement sont de plus en plus nombreux. Ce qui ne saurait préjuger de l’avenir.

Quel est le reportage ou la rencontre qui vous a le plus marqué ? Pour quelles raisons ?

Difficile de répondre ! J’ai été aussi bien impressionné par la lutte des militants associatifs du Nord-Kivu – souvent au péril de leur vie – contre les « minerais de sang » que par celle des autorités de Lagos pour décongestionner la circulation. Aussi bien par la détermination des militants anti-corruption ougandais que par la politique sénégalaise de restriction des importations d’oignons afin de stimuler la production locale. Ce qui me frappe, à la lecture de nombre d’articles présentés dans ce numéros, c’est que derrière des progrès, souvent lents, peu visibles et ponctués d’échecs en raison de contextes très difficiles, on perçoit des sociétés qui se construisent, qui inventent des solutions à leurs problèmes, qui adaptent, innovent. Ce qui me frappe, a contrario, c’est à quel point, Occidentaux, nous ignorons tout de ces fabriques sociales alors qu’elles sont également riches d’enseignements pour nos propres sociétés.

En savoir plus :

+ Toutes les informations sur le hors-série d’Alternatives Internationales sur « l’Afrique qui bouge » .

Classé dans : Afrique L' AFD
Mots-clefs :, , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*