Le Mag

Il reste 2 ans pour atteindre les OMD: «Le soutien de la jeunesse nous est capital.»

Publié par Objectif Développement , le

A quelques jours du 13e anniversaire de la déclaration du Millénaire, rencontre avec Henry de Cazotte, conseiller à la Direction de la stratégie, Agence Française de Développement.

Il reste deux ans pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) adoptés le 8 septembre 2000 par les Nations Unies (ONU) et pour définir un nouvel agenda international à mettre en œuvre après-2015. Alors que la discussion internationale sur l’avenir du développement bat son plein, Henry de Cazotte encourage la jeunesse à participer au débat.

Vous êtes conseiller à l’AFD et au sein de la task force interministérielle française sur l’agenda du développement post-2015, quel est votre parcours ?

A 20 ans, je tractais contre les oranges Outspan qui venaient de l’Afrique du Sud de l’Apartheid. Vingt ans plus tard, Mandela est arrivé au pouvoir, porté par la lutte locale mais aussi par l’ensemble des efforts militants de la communauté internationale. C’est donc très tôt que j’ai décidé de consacrer ma vie à la lutte contre la pauvreté et pour le développement, motivé par la disparité des richesses entre Nord et Sud, et convaincu que je pouvais, à mon niveau, aider à résoudre les problèmes, au plus proche des personnes concernées.

J’ai travaillé en Éthiopie, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Burkina, en Afrique du Sud, au Brésil, et j’ai eu la chance de réaliser bien d’autres missions de terrain. Aujourd’hui, je continue dans le monde des institutions et des politiques de développement. Mais il n’est pas toujours évident de faire bouger les choses. Outre la vision et la constance de l’engagement, il faut savoir être à l’écoute des réalités de terrain, des évolutions du monde, et créer des opportunités qui permettront les changements. Or dans notre domaine, qui est celui du développement, c’est l’opinion publique, les ONG, qui ont construit un moteur puissant, impossible à freiner une fois qu’il est en marche, permettant à des leaders déterminés de faire avancer les institutions pour que la communauté internationale prenne des engagements nouveaux. C’est pourquoi, sans soutien de l’opinion publique et de la jeunesse, il n’est pas possible de surmonter les égoïsmes et de contribuer au changement pour un monde meilleur.

Quel sont les enjeux du développement aujourd’hui ?

En 2000, Koffi Annan, ancien Secrétaire Général des Nations unies, a obtenu de la communauté internationale qu’elle s’engage pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Ces objectifs ont permis de concentrer les efforts des pays avec le soutien permanent des ONG, de la société civile, du secteur privé, des bailleurs de fonds ainsi que des Etats entre eux. Mais il ne reste plus que deux ans pour les réaliser, c’est cela l’enjeu principal : il faut accélérer, car il y a encore beaucoup à faire. Certains pays peinent à atteindre les OMD, notamment en Afrique Sub-Saharienne ou en Asie du Sud, même si, pour ces pays pauvres, les progrès réalisés sont quand même considérables compte tenu des moyens disponibles. La France, l’Agence Française de Développement et les acteurs de la société civile ont joué leur part très activement.

Et pour demain ?

Bientôt 15 ans après la déclaration du Millénaire, le monde a changé considérablement, beaucoup de pays du Sud sortent de la misère, et la crise que nous connaissons bouscule les rapports internationaux. La pauvreté globale se réduit, mais la crise environnementale, annoncée dès les années 1970, nous frappe durement. Le réchauffement climatique, les menaces sur l’eau, la sécurité alimentaire, les océans, la perte de biodiversité et d’autres risques planétaires, s’engouffrent dans le débat mondial, et menacent de tout emporter ; les populations pauvres sont les premières touchées. Dans les grandes villes du monde, la pollution de l’air, la thrombose urbaine, les conditions de logement insalubres ne produisent pas de bien-être et les populations se révoltent, surtout les jeunes. Dans le monde rural, les bases mêmes de la vie sont atteintes. Partout, et y compris dans les pays riches, les inégalités s’accroissent avec une fuite en avant qui voit 20 % de la population mondiale s’accaparer 80 % des richesses, des économies qui ne créent pas d’emplois décents, alors que nous sommes confrontés à des limites accrues pour les ressources naturelles et les matériaux, que viendra compliquer une croissance démographique fulgurante.

Quels seront les nouveaux rapports entre le Nord et le Sud ? Qui seront les nouveaux acteurs du développement ? 

Dans ce nouveau contexte, les leaders du monde, depuis Rio+20, souhaitent un changement de vision pour les 15 prochaines années et préparent, avec beaucoup de difficultés, un nouveau cadre du développement mondial, un cadre universel, transformé, qui sera porté ensemble par les pays riches et pauvres, émergents et en développement pareillement, et qui s’adressera à tous les acteurs : pays, entreprises, villes et collectivités, société civiles et citoyens, hommes et femmes, jeunes et vieux.

C’est pourquoi le soutien de la jeunesse nous est capital. Les jeunes connaissent si bien ce monde en pleine évolution. Ils peuvent s’affranchir des structures établies pour faire naître un monde plus équitable. La jeunesse baigne dans la mondialisation et maîtrise les réseaux internationaux, elle sera la plus à même de traiter le caractère global des nouveaux défis du développement.

Quel cadre sera donné au développement pour l’après-2015 ?

Dans la continuité des OMD, il faut désormais œuvrer en faveur des objectifs de développement durable (ODD), un grand partenariat planétaire devant permettre la mise en place d’efforts partagés autour d’une dizaine de grands objectifs et d’une cinquantaine de cibles associées, parmi eux :

-          L’éradication de l’extrême pauvreté ;

-          Une éducation de qualité et pour tous ;

-          La préservation des écosystèmes et de la biodiversité ainsi que la réduction des gaz à effet de serre au profit des énergies renouvelables pour une croissance verte ;

-          La lutte contre les discriminations sexuelles, raciales, sociales, économiques ;

-          La sécurité alimentaire ;

-          Et bien d’autres, le tout dans le cadre d’un partenariat global et sous le contrôle de mesures transparentes.

Quel message adressez-vous aux citoyens et à la jeunesse en particulier ?

Aujourd’hui, chaque citoyen peut participer au débat en s’informant, en s’inscrivant aux évènements, en réagissant sur les forums. Le nouveau programme de développement (ODD), qui sera lancé le 1er janvier 2016, après des négociations très poussées, est celui dans lequel chacun peut déjà agir, en citoyen, au travers des associations, des universités, de sa commune ou de son entreprise ou sur internet (plateformes telles que worldwewant, beyond2015).

La lutte contre la pauvreté et pour la préservation des ressources naturelles est commune à tous les pays, à tous les citoyens. C’est un objectif global pour le bien-être de l’homme, la bonne santé de la planète et la construction de la paix. Nous devons tous participer à l’aventure !

Il ne faut jamais douter de l’utilité de nos actions. Lorsque son camarade de cellule interrogeait Mandela sur l’immensité des problèmes et le peu de moyens disponibles, Madiba lui racontait l’anecdote d’une petite fille sur une plage couverte d’étoiles de mer échouées. Alors que sa mère lui disait qu’il était impossible de les sauver toutes, la fillette se baisse, en prend une, la rejette à la mer et dit : « au moins je vais sauver celle-là ! »

Nous savons ce qu’il nous reste à faire…

A lire aussi:

AFD: « Nous plaidons pour un renouvellement des partenariats publics-privés », entretien avec Henry de Cazotte sur Youphil.com

En savoir plus:

Après 2015… vers un développement durable et universel ?

Les acteurs du développement: interview d’Henry de Cazotte

Agence Française de Développement

Objectif Développement

Idées pour le développement

Classé dans : 8. Oui à un partenariat mondial
Mots-clefs :, , , , , , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*