Le Mag

En finir avec l’extrême pauvreté : le défi du 21e siècle

Publié par Objectif Développement , le

                  © DR

 

Le 25 septembre 2013, l’Assemblée générale des Nations unies s’est réunie pour faire un point sur l’avancée des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et préparer
l’agenda du développement avant l’échéance de 2015.

Dans une interview publiée le 2 octobre dernier sur le site de
l’Agence Française de Développement, Anne Paugam, directrice générale de l’AFD, dresse un premier bilan des OMD, appelle à renforcer la mobilisation pour les atteindre, et souhaite un changement de vision pour le futur.

 Alors que le premier objectif, la réduction de la pauvreté, a d’ores et déjà été atteint, les résultats sont plus contrastés pour la scolarisation des filles (OMD 2), la santé des mères (OMD 5) ou l’accès à l’eau (OMD 7), notamment dans les pays les moins avancés d’Afrique subsaharienne. Cependant, « nous ne sommes pas encore en 2015, a déclaré Mme Paugam, l’ensemble des acteurs des politiques de développement, qu’ils soient issus du nord ou du sud, des gouvernements ou de la société civile, doivent continuer à se mobiliser pour se rapprocher du but ».

La directrice générale de l’AFD souligne que les OMD ont joué un rôle mobilisateur très important pour la solidarité internationale, mais qu’au fil du temps sont apparues des inégalités et des faiblesses dans plusieurs domaines. Pour l’après 2015, les nouveaux objectifs de développement devront donc être universels et « impérativement conjuguer les politiques de croissance économique, de lutte contre la pauvreté et de protection de l’environnement ».

« L’humanité a décidé d’abolir l’esclavagisme au 19e siècle. Elle a décidé d’en finir avec la colonisation dans la seconde moitié du 20e siècle. Ce serait un choix historique pour la communauté internationale de décider d’en finir une fois pour toutes avec l’extrême pauvreté », a ajouté Mme Paugam.

Pour faire face à ces nouveaux défis et maximiser l’effet de levier sur les ressources publiques, la directrice générale de l’Agence a rappelé que l’AFD continuera à innover, « en s’inspirant des meilleurs pratiques et en forgeant de nouvelles alliances ». Il faudra pour cela mobiliser les coalitions d’acteurs pertinentes (organisations régionales, Etats, collectivités locales, banques, ONG, entreprises), mais aussi partager des expériences, des savoir-faire et des prises de risques, pour « co-inventer de nouveaux modèles de développement durable ».

« Nous avons besoin d’une nouvelle vision de nos métiers, qui exige de repenser le concept même d’aide au développement. Une nouvelle vision, partenariale, doit être portée au niveau international – c’est l’enjeu de la discussion sur le post-2015. »

Lire l’interview d’Anne Paugam sur le site de l’AFD

 

Classé dans : 1. Oui à la lutte contre la pauvreté et la faim Non classé OMD
Mots-clefs :, , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*