« Prévenir pour asseoir la paix et construire l'avenir »

La paix est l’un des défis communs de l’humanité parmi les plus importants.
Les conflits violents comme les catastrophes naturelles peuvent réduire à néant des décennies de développement. C'est pourquoi un des enjeux est de traiter le plus en amont possible les situations potentiellement porteuses de crises graves, que leur origine soit d’ordre social, environnemental ou économique. Il s'agit également de favoriser les sorties de guerre ou de crise permettant de réaliser une transition sans heurt vers une reconstruction à long terme : relancer de nouveaux cycles de production agricole, remettre sur pied l'adduction d'eau, restituer la capacité d’action des pouvoirs publics aux niveaux central et décentralisé, restaurer les logements, redonner espoir à ceux qui ont survécu à la crise… et recommencer à vivre normalement.

44 % des pays

Au cours des cinq premières années suivant la fin d'une guerre, 44 % des pays risquent d'endurer de nouveaux conflits. Source : Banque mondiale

Parmi les 20 pays les plus pauvres du monde, 80 % environ ont connu un conflit majeur au cours des 15 dernières années. Source : Banque mondiale
En 2010, les interventions de l’AFD en matière de sortie de crise ont concerné en particulier Haïti –en réponse au séisme qui a frappé le pays en janvier 2010-, ainsi que l’Afghanistan et les Territoires palestiniens. Source : AFD –Rapport annuel 2010

La réponse de l'AFD

Plus particulièrement en sortie de conflit, les interventions de l’AFD peuvent porter sur la réhabilitation d’infrastructures et équipements, qui sont le support des activités économiques ainsi que de la délivrance de services sociaux, le renforcement des capacités des partenaires locaux et le traitement des « économies de guerre ».