7 REPORTAGES PHOTO & VIDÉO Magnum Photos
NOUVEAUX REGARDS SUR LE SUD
John Vink
Croissance
Cambodge

Chaque année, 150 000 jeunes Cambodgiens arrivent sur le marché du travail sans trouver d'emploi. Le secteur textile est aujourd'hui le premier employeur industriel du pays. La majorité des ouvriers sont des jeunes femmes venues des campagnes pour travailler dans les usines autour de Phnom Penh. Depuis la libéralisation du marché textile, le pays doit faire face à une concurrence accrue de ses voisins asiatiques sur les marchés d'exportation. Son adhésion récente à l'Organisation mondiale du commerce nécessite une mise aux normes internationales, notamment en matière de responsabilité sociale.

Pour aider le Cambodge à s'insérer dans le marché mondial, l'Agence Française de Développement a choisi d'appuyer le programme Better Factories Cambodia mis en place par l'Organisation internationale du travail avec l'appui de la Fédération des entreprises du textile. Cette initiative a pour objectif de renforcer la compétitivité de ce secteur tout en améliorant le dialogue social au sein des usines. Elle instaure des moyens de contrôle des conditions de travail, des comités représentant les employés ainsi que des actions de formation et de sensibilisation.

Après cinq ans d'existence, l'approche a porté ses fruits. Les ouvriers sont mieux payés et travaillent dans de meilleures conditions. Les exigences de salaire minimum et de congés annuels sont respectées à près de 100%, plus de 80% des usines disposent d'infirmeries et 60% des ouvriers sont syndiqués. Le Cambodge est aujourd'hui reconnu internationalement pour ses bonnes pratiques sociales. Ce programme est désormais décliné dans d'autres pays.

« Les financements accordés par l’AFD en 2009 contribueront à développer
plus de 320 000 entreprises et à créer ou maintenir 900 000 emplois dans le monde. »

A PROPOS DU PHOTOGRAPHE

Né en 1948, John Vink est belge. Il vit à Phnom Penh. Il rejoint Magnum en 1993. Dès 1971, après ses études de photographie à "La Cambre", à Bruxelles (ENSAAV), il travaille comme photographe indépendant. Membre de l'agence Vu depuis sa création en 1986, il reçoit, la même année, le Prix W. Eugene Smith afin de terminer un travail commencé en 1985 sur la gestion de l'eau dans le Sahel. John Vink s'est aussi illustré par ses reportages de longue haleine sur l'Italie (1984-1988) et, surtout, sur les réfugiés à travers le monde (1987-1994). Cette série constituée après plusieurs voyages en Amérique Centrale, en Asie et en Afrique a fait l'objet d'un livre, "Réfugiés", publié dans la collection Photo Notes en 1994, et d'une grande exposition au Centre National de la Photographie, à Paris. Devenu Membre de Magnum en 1997, John Vink est retourné souvent dans la péninsule indochinoise, notamment au Cambodge, où il vit dorénavant. En 2004 est paru "Peuples d'en haut", qui rassemble un travail commencé au milieu des années 1990, auprès de communautés établies en altitude au Laos, Guatemala et Géorgie, et qui ont été préservés de la mondialisation.
Livres : Réfugiés, coll. Photo Notes, Centre National de la Photographie, 1994 / J'ai deux amours - Portraits d'exil, Le Cherche-Midi Editeur, 1998 / Avoir 20 ans à Phnom Penh, Alternatives, 2000 / Peuples d'en haut, Autrement 2004 / Poids Mouche, Editions du Mékong, 2006.

Partager L'AFD sur Twitter L'AFD sur Facebook