Objectifs 2015
5. OUI À
L’AMÉLIORATION
DE LA SANTÉ
DES MÈRES
OBJECTIF 2015 : AMÉLIORER LA SANTÉ DES MÈRES

L’objectif 5 en détail

Réduire de 3/4 la mortalité maternelle.

Les enjeux

La santé des mères est un indicateur de la santé globale des femmes et de leur autonomie ainsi que de la santé des enfants : cet objectif est indissociable des OMD 3 et 4.

210 millions de femmes et de jeunes filles sont enceintes chaque année. Plus de 35 millions ont des complications graves et parmi elles 530 000 meurent, essentiellement dans les pays en développement.

Prés de la moitié des femmes dans les pays en développement n’ont pas accès à la contraception moderne alors qu’elles ne souhaitent pas devenir enceintes.

Fin 2007, une campagne mondiale a été lancée pour accélérer les progrès sur les OMD 4 et 5. Elle vise à rendre accessibles les services de santé essentiels aux mères, aux nouveaux-nés et aux enfants.

Un exemple
RÉDUIRE LES RISQUES LIÉS À LA GROSSESSE ET À L'ACCOUCHEMENT

La Mauritanie est un pays pauvre, classé 137e sur 177 pays, selon l’Indice de Développement Humain (IDH). La mortalité maternelle et la mortalité infantile restent à des niveaux trop élevés, soulignant les insuffisances du système de santé, mais aussi les problèmes liés à l’accessibilité géographique et financière aux soins de santé.

Pour remédier à cette situation, le ministère de la Santé a défini une politique de déconcentration du système de santé vers les régions, ainsi qu’un programme de lutte contre la mortalité maternelle, à travers l’introduction du forfait obstétrical qui permet aux femmes les plus pauvres d’accéder à des soins de qualité.

Initié en 2002, avec l’appui de la Coopération française et de l’AFD, le forfait obstétrical est un système d’assurance basé sur le partage du risque obstétrical : chaque patiente enceinte qui décide d’adhérer, paye une cotisation (l’équivalent de 17 euros) qui couvre l’ensemble des soins futurs liés à la grossesse (consultations prénatales, échographie, examens), à l’accouchement, qu’il soit normal ou compliqué, et au suivi post natal.

Après cinq ans d’activités à Nouakchott, la capitale, et deux ans dans 3 régions pilotes, les résultats sont très positifs : le nombre d’adhésions est important (80% dans les régions) et le taux d’accouchements assistés à fortement augmenté (+ 48% en 5 ans à Nouakchott). Le système est autonome et les comptes équilibrés, facilitant la pérennité du système.

Devant les résultats encourageants de ce système, le ministère de la Santé ainsi que ses partenaires ont entrepris d’étendre le forfait obstétrical à l’ensemble du territoire, ce qui permettra aux femmes habitant en zones rurales de bénéficier elles aussi de ces soins de qualité, et d’éviter les complications graves, comme la fistule.

Avec l’extension du forfait obstétrical, la Mauritanie sera en mesure d’atteindre l’Objectif du Millénaire de réduction de la mortalité maternelle.

La France s’engage

La France a toujours donné la priorité à la santé de la mère et de l’enfant dans ses programmes de coopération :

les projets financés par l’Agence Française de Développement contribuent à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale, en améliorant l’accès et la qualité des soins d’urgence aux femmes enceintes ;

en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour le Développement, la France appuie la prise en compte de la santé maternelle, à la fois dans les politiques de santé et sur le terrain, dans les pays d’Afrique de l’Ouest.

Où en est-on ?

Dans certains pays en développement, 1 femme sur 12 meurent de causes liées à la grossesse contre une sur 4000 dans les pays industrialisés.

Taux de mortalité des mères pour 100 000 naissances dans les pays en développement
Référence 1990 : 480
Situation 2011 : 440
Objectif 2015 : 120